aLORD of the SAGARD

LE SEIGNEUR DE SAGARD

Paul Desmarais

 Le Palais / The Palace

 

DU CANADA:

Desmarais est en très proche terme avec le premier ministre Paul Martin, après tous, il fut l'employeur de celui-ci pour plusieurs années pour en devenir . En 1981 Desmarais lui vendit Power's shipping line ( Canada Steamship Lines) avant d'entré en politique.

Les emplois ultérieur de Martin furent entre autre:

  • Ancien président, président-directeur général et directeur, The CSL Group Inc.
  • Ancien président et président-directeur général, Canada Steamship Lines Inc.
  • Ancien directeur d'entreprise, C.B. Pak Inc.; Redpath Industries Ltd.; Fednav Ltd.; The Manufacturers Life Insurance Co.; Canadian Shipbuilding & Engineering Ltd.; Imasco Corp.

En conclusion: Paul Desmarais, accueille à son nouveau domaine de Sagard de 21 000 acres , près de la Malbaie. qu'il a reçue au même prix que IBM Canada en 1970, paya les 100 acres à Bromont.

L'histoire est simple comme vous avez put le voir par IBM Canada en 1970 et, on peut en trouver le détail dans les archives publiques et les journaux. La Canada Steamship Lines achète le domaine de Sagard, le 8 janvier 1974 en l'échange de « considérations » et la Canada Steamship Lines cède à son tour la propriété à Power Corporation le 10 novembre 1976 au coût de 1 $. Information de: CHRISTIAN HARVEY

 

LE SEIGNEUR DE SAGARD

Mo..n.. Anarchie Constip..tution Canadienne

Ici  le reportage d'Isabelle Vaillancourt
Paul Desmarais pend la crémaillère

(LORD of the SAGARD)

(D'après PC) - L'homme derrière Power Corp., Paul Desmarais, accueille ce week-end les grands de ce monde dans son nouveau domaine de Sagard, près de la Malbaie.

La rumeur veut que parmi les 230 chanceux conviés à cette pendaison de crémaillère des plus prestigieuses, figurent le premier ministre Jean Chrétien, les anciens présidents américains George Bush père et Bill Clinton, l'ancien premier ministre du Québec Lucien Bouchard, la Duchesse d'York Sarah Fergusson, et les ministres fédéraux ; Martin Cauchon  et Paul Martin.

Aussi, un Boeing du roi d'Espagne Juan Carlos était stationné à l'aéroport de Bagotville après avoir transporté une autre grande personnalité.

Tenter de pénétrer dans le nouveau domaine du grand financier Paul Desmarais tient d'ailleurs du miracle, a constaté l'hebdomadaire Progrès-Dimanche, de Saguenay.

Situé à cinq kilomètres du village, le domaine de  (75 kilomètres carrés de M. Desmarais aurait coûté entre 40 et 70 millions, selon les différents chiffres avancés. Des centaines de travailleurs y oeuvraient depuis le début du chantier en 2000.

Le journaliste du Progrès-Dimanche s'est rivé le nez samedi matin sur la première des trois barrières vertes sécurisant le domaine du milliardaire. Impossible de franchir la grille si vous n'êtes pas sur la liste des invités.

Si vous avez l'audace de tromper les agents qui gardent l'accès 24 heures sur 24, vous devrez rouler dix autres kilomètres dans les bois avant d'arriver sur le site.

Sur cette distance, vous risquez de rencontrer des équipes de la Gendarmerie Royale du Canada (GRC) et du Bureau fédéral d'investigation (FBI) américain qui quadrillent les lieux.

En RealVideo, le reportage d'Isabelle Vaillancourt.
http://lcn.canoe.com/infos/regional/archives/2003/08/20030830-203417.html


---
Outgoing mail is certified Virus Free.
Checked by AVG anti-virus system (http://www.grisoft.com).
Version: 6.0.657 / Virus Database: 422 - Release Date: 2004-04-13

 

 
Paul Desmarais pend la crémaillère


Presse Canadienne

SAGARD- L'homme derrière Power Corporation, Paul Desmarais, accueille les grands de ce monde dans son nouveau domaine de Sagard, en Charlevoix, ce week-end.

Parmi les 230 invités à cette prestigieuse pendaison de crémaillère, selon les témoins et les rumeurs, se trouvent : le premier ministre Jean Chrétien, les anciens présidents américains George Bush père et Bill Clinton, l'ancien premier ministre du Québec Lucien Bouchard, la duchesse d'York, Sarah Fergusson, le ministre fédéral Martin Cauchon et l'ex-ministre Paul Martin. Un Boeing du roi d'Espagne, Juan Carlos, était garé à l'aéroport de Bagotville après avoir transporté une autre grande personnalité.

Pénétrer dans le nouveau domaine du grand financier Paul Desmarais tient d'ailleurs du miracle, a constaté l'hebdomadaire Progrès-Dimanche, de Chicoutimi.

Situé à 5 kilomètres du village, le domaine de 75 kilomètres carrés aurait coûté entre 40 et 70 millions. Des centaines de travailleurs y oeuvraient depuis le début du chantier, en 2000. Le journaliste de Progrès-Dimanche s'est cogné le nez hier matin sur la première des trois barrières vertes sécurisant le domaine du milliardaire. Impossible de franchir la grille si vous n'êtes pas sur la liste des invités.

Si vous avez l'audace de tromper les agents qui gardent l'accès 24 heures sur 24, vous devrez rouler 10 autres kilomètres dans les bois avant d'arriver. Sur cette distance, vous risquez de rencontrer des équipes de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et du Bureau fédéral d'investigation (FBI) américain qui quadrillent les lieux. Une petite balade en hélicoptère au-dessus du domaine pourrait vous satisfaire. Mais vous serai encore surveillé!

Mais comment est-il donc, ce palace de rêve? Les seuls à le savoir sont, entre autres, la centaine d'employés qui résident presque tous à Sagard. Paul Desmarais aurait ainsi à sa disposition administrateurs, cuisiniers, musisiens, femmes de ménage, bûcherons, jardiniers, chauffeurs, etc.

Un des employés, qui venait à peine de terminer son quart de travail, a dit que le domaine était très beau mais pas si grand que ça.

La Presse, dimanche 31 août 2003
http://www.tca510.qc.ca/pauldesmarais.html

 

 
LE SEIGNEUR DE SAGARD
Ou comment Paul Desmarais pend la crémaillère
 Par Christian Harvey, octobre 2003

 

LES JOURNALISTES EXULTENT.

George Bush père, Bill Clinton, Jean Chrétien, Lucien Bouchard, Paul Martin, Paul Desmarais

Sarah Fergusson, Martin Cauchon, Paul Martin et Juan Carlos sont invités au domaine de Paul Desmarais de Sagard, dans Charlevoix. L'accès est interdit aux journalistes ; alors on se rend voir les autochtones maires et hommes d'affaires relatant les bienfaits de la présence de Paul Desmarais dans la région.

Vraiment indigeste. Bien sûr, pas d'enquête de Michel Morin ou d'autres journalistes de Radio Canada sur les dessous de cette propriété. Il ne faut pas déranger Paul Desmarais, le maître de Power Corporation, si l'on veut garder son emploi. Mais, question combien peut bien coûter un domaine de 21 000 acres ? Très cher, sans doute. Pourtant...

L'histoire est simple et on peut en trouver le détail dans les archives publiques et les journaux

La Canada Steamship Lines achète le domaine de Sagard, le 8 janvier 1974 en l'échange de « considérations ».

La Canada Steamship Lines cède à son tour la propriété à Power Corporation le 10 novembre 1976 au coût de 1 $. - évidemment la CSL appartient alors à Power Corporation depuis 1966 et son président est Paul Martin (un invité !) depuis 1974 .

Puis, le 18 juillet 1988, Power Corporation en cède la propriété à Paul Desmarais au coût, encore une fois, de 1 $.

• Mais, en 1990, Paul Desmarais vend à son tour la propriété à une obscure société, Polprim Inc., cette fois au coût de 1 028 000 $. Les membres du conseil d'administration ne sont nuls autres que Paul Desmarais (président), André Desmarais (trésorier), Paul Desmarais Jr. (secrétaire) et Jacqueline Desmarais (administratrice).

En somme, un territoire de 21 000 acres qui n'aura rien coûté.

Les habitants de Montréal se plaignent de la hausse des taxes municipales avec le nouveau rôle d'évaluation. Faites comme Paul Desmarais achetez pour un 1 $ un domaine de 21 000 acres érigé sur un territoire non organisé (TNO), exempt de toutes les taxes municipales. En 1998, avant les « rénovations », la valeur de la propriété était estimée à 7 746 000$. Aujourd'hui on parle de près de 40 millions de dollar. Des revenus de taxes non perçus et que la MRC de Charlevoix-Est ne cherche même pas à percevoir qui seraient bienvenus au petit village limitrophe de Saint Siméon où le taux de chômage en période hivernale atteint 40%. Bravo pour l'égalité et l'équité ! Et le maire de Saint Siméon est tout heureux de la situation !

Autre élément intéressant, l'aéroport de Saint Irénée communément appelé « aéroport Paul Desmarais ». Alors qu'un aéroport comme celui de Saint-Hubert a toutes les difficultés du monde à obtenir des fonds, le petit aéroport de rien du tout de Saint Irénée obtient des subventions du gouvernement fédéral, du ministre Martin Cauchon (un invité !), alors ministre du Développement régional, afin de se revamper au coût de 5 millions de dollars. Il faut bien un aéroport pour les invités ! Bien sûr, la fille de Jean Chrétien (un invité !) est mariée au fils de Paul Desmarais.

Il n'y a évidemment aucun rapport entre les deux éléments. De plus, notons que des avions gouvernementaux ont été réquisitionnés pour la circonstance afin de transporter les invités de Paul Desmarais et, il va de soi, aux frais des contribuables.

À tous ces gens, je dirais les mots de Sylvain Lelièvre :

« Votre intérêt n'est pas le nôtre. Et sachez bien que nous savons »

CHRISTIAN HARVEY

http://www.lecouac.org/article.php3?id_article=135

----------------------